Logo Commune d'Ouroux-Sur-Saône

GUIDE
« VOS DROITS ET DÉMARCHES »
POUR LES PARTICULIERS

Accueil particuliers / Famille / Héritage : ordre et droits des héritiers / Quelles sont les règles pour hériter ?

Quelles sont les règles pour hériter ?

Pour savoir si vous héritez d’une succession et calculer votre part d’héritage, il faut distinguer 2 situations. Si le défunt n’a pas fait de testament, c’est l’ordre de priorité des héritiers qui détermine les parts d’héritage. Si le défunt a fait un testament, il doit réserver une partie de son patrimoine à certains héritiers et peut attribuer la part restante aux personnes de son choix.

En l’absence de testament

Qui sont les héritiers ?

Classement des héritiers par ordre de priorité

Lorsque le défunt n’a pas fait de testament , c’est la loi qui désigne ses héritiers et les classe par ordre de priorité. On parle de «dévolution légale» .

Les héritiers sont classés dans l’ordre suivant :

  • Les enfants et leurs descendants (aucune distinction ne doit être faite entre eux quelque soit le lien qui unit les parents)

  • Les parents , les frères et sœurs et les descendants de ces derniers

  • Les ascendants autres que les parents

  • Les collatéraux autres que les frères et sœurs et les descendants de ces derniers

Chacune de ces 4 catégories constitue un ordre d’héritiers qui exclut les suivants. Ce sont les héritiers les plus proches en degré de parenté qui héritent et qui excluent les autres.

Toutefois, la règle de la représentation permet aux descendants d’un héritier déjà décédé de recueillir sa part d’héritage.

Place particulière de l’époux

L’époux survivant hérite dans tous les cas. Toutefois, sa part sur la succession varie en fonction des situations suivantes :

À noter

l’époux bénéficie également d’un droit particulier sur son logement .

Table 1. Personne avec qui vivait le défunt : droit à la succession

Situation de la personne qui vivait avec le défunt

Droit à la succession du défunt

Époux

Oui

Époux séparé de corps

Oui, sauf en cas de clause de renonciation des époux à leurs droits successoraux dans leur convention de séparation

Ex-époux

Non

Partenaire de Pacs

Non, sauf en cas de testament ou de donation

Concubin

Non, sauf en cas de testament ou de donation

Parts d’héritage

Le défunt a eu des enfants

Le défunt était marié

Ses biens vont à ses enfants et à son époux.

Ses enfants reçoivent, à parts égales, l’intégralité des biens restants après la part attribuée à l’époux survivant.

Le défunt ne laisse que des enfants issus du couple

Si le défunt ne laisse que des enfants issus du couple, l’époux survivant a le choix entre les 2 options suivantes :

Si l’époux choisit l’usufruit de la totalité de la succession, les enfants héritent de la nue propriété de toute la succession.

Si l’époux choisit la pleine propriété du 1/4 de la succession, les enfants héritent de la pleine propriété des 3/4 de la succession.

Le défunt laisse des enfants issus d’une autre union

Si le défunt laisse des enfants issus d’une autre union, l’époux survivant hérite du 1/4 de la succession en pleine propriété .

Dans ce cas, les enfants héritent des 3/4 de la succession en pleine propriété.

Défunt non marié

Ses biens vont à ses enfants.

Ses enfants reçoivent la totalité de ses biens à parts égales.

Si le défunt vivait en couple, son partenaire de Pacs ou son concubin n’ont aucun droit sur sa succession.

Le défunt n’a pas eu d’enfant

Défunt marié

Le règlement de la succession est différent selon que les parents du défunt sont vivants ou décédés.

Table 2. Succession d’un défunt marié sans enfant

Parents vivants

Héritage des parents

Héritage de l’époux

2

La moitié de la succession

La moitié de la succession

1

1/4 de la succession

3/4 de la succession

Aucun

Rien

Toute la succession

À savoir

les parents ont un droit de retour , c’est-à-dire le droit de reprendre les biens qu’ils avaient donnés à leurs enfants avant leur décès.

Défunt non marié

La situation d’un défunt non marié est la même que celle d’un défunt veuf ou divorcé.

Le règlement de la succession est différent selon les cas suivants :

Le défunt a des frères et sœurs

Table 3. Succession d’un défunt non marié ayant des frères et sœurs

Parents vivants

Héritage des parents

Héritage des frères et sœurs

2

La moitié de la succession

La moitié de la succession

1

1/4 de la succession

Les 3/4 de la succession

Aucun

Rien

Toute la succession

La répartition entre frères et sœurs s’effectue à parts égales. Par exemple, si le défunt dont 1 parent est encore vivant avait 1 frère et 1 sœur, le frère et la sœur auront droit chacun à 3/8 de la succession.

Les demi-frères et demi-sœurs ont les mêmes droits que les frères et sœurs.

À savoir

les parents ont un droit de retour , c’est-à-dire le droit de reprendre les biens qu’ils avaient donnés à leurs enfants avant leur décès.

Le défunt n’a pas de frères et sœurs

Ses biens vont à ses ascendants  : parents, grands-parents, arrières grand-parents.

D’abord, la succession est partagée en 2 parts égales qui vont à chaque branche parentale (maternelle et paternelle).

Ensuite, les héritiers sont déterminés par branche en allant de la 1 re génération aux générations les plus éloignées.

Si aucun ascendant n’est vivant, la succession va à ses oncles, tantes, cousins et cousines (c’est-à-dire ses collatéraux ordinaires).

En présence d’un testament

Qui sont les héritiers ?

Héritiers réservataires

Certains héritiers ne peuvent pas être exclus de la succession. Il s’agit des héritiers réservataires . Il reçoivent obligatoirement une part de l’héritage du défunt : c’est la réserve héréditaire .

Ces sont les enfants du défunt et leurs descendants qui sont héritiers réservataires.

Si le défunt n’a pas eu d’enfant, l’héritier réservataire est l’époux survivant.

Quotité disponible

La réserve héréditaire ne représente jamais la totalité de l’héritage du défunt.

La part du patrimoine restant s’appelle la quotité disponible . Elle peut-être distribuée librement (au profit d’un héritier ou d’un tiers) par le défunt dans son testament.

Parts d’héritage

Le défunt a eu des enfants

La part d’héritage réservée aux enfants est la suivante :

  • La moitié des biens pour 1 enfant

  • Les 2/3 des biens pour 2 enfants

  • Les 3/4 des biens pour 3 enfants et plus

La quotité disponible , c’est à dire la part du patrimoine restant, peut être attribuée librement par le défunt dans son testament.

Exemple

Le défunt a un patrimoine de 200 000 € et 3 enfants. Ses enfants se partageront 75 % de ce patrimoine soit 150 000 € à parts égales. Chaque enfant recevra donc 50 000 € . Le défunt peut attribuer les 25 % restant soit 50 000 € aux personnes de son choix (héritiers ou tiers).

À savoir

les parents ont un droit de retour , c’est-à-dire le droit de reprendre les biens qu’ils avaient donnés à leurs enfants avant leur décès.

Le défunt n’a pas eu d’enfant

L’héritier réservataire est l’époux survivant. 1/4 du patrimoine lui est réservé.

Le défunt pourra attribuer librement (au profit d’un héritier ou d’un tiers) les 3/4 restant dans son testament.

Exemple

Le défunt a un patrimoine de 200 000 € . Son époux recevra 50 000 € . Le défunt peut attribuer les 150 000 € aux personnes de son choix (héritiers ou tiers).

À savoir

les parents ont un droit de retour , c’est-à-dire le droit de reprendre les biens qu’ils avaient donnés à leurs enfants avant leur décès.

Direction de l’information légale et administrative

23/04/2021

Questions / réponses

Où s’adresser

A voir aussi :

Définitons

Héritier : Personne désignée par la loi ou par un testament pour recueillir la succession d’une personne décédée

Descendant : Enfant, petit-enfant, arrière petit-enfant

Parent : C’est celui qui est indiqué comme tel dans l’acte de naissance de l’enfant, quelque soit son sexe

Ascendant : Personne dont on est issu : parent, grand-parent, arrière-grand-parent,…​

Collatéral : Frères, sœurs d’une personne et enfants de ces derniers (collatéraux privilégiés) ainsi qu’oncles, tantes, cousins, cousines (collatéraux ordinaires)

Pleine propriété : Composée de l’usufruit et de la nue-propriété. Permet de disposer, d’utiliser et de percevoir des revenus d’un bien.

Nue-propriété : Droit de propriété qui permet de disposer d’un bien (par exemple : le vendre ou le donner)

Héritier réservataire : Enfant, ou en l’absence d’enfant, l’époux, à qui la loi attribue une part d’héritage minimale

Réserve héréditaire : Fraction du patrimoine du défunt qui doit obligatoirement revenir aux héritiers réservataires (descendants) ou conjoint survivant si le défunt ne laisse pas de descendants

Quotité disponible : Part des biens d’une personne qu’elle peut donner librement par donation ou testament

Références